Actualités


     

Test VMA le Mardi 09/10/2018

publié le 7 oct. 2018 à 13:48 par Joggers du Couesnon Joggers du Couesnon

Je rappelle aux Joggers du Couesnon que mardi soir (9/10/18) Didier (notre coach) organise un test pour connaitre votre VMA. Cet année ce sera le test de Brue.

"Le principe: courir (par petits groupes de 10-12 max) derrière un vélo en allure progressive au rythme équivalent pratiquement que le test VAMEVAL.

Il est prévu 5 horaires pour les sessions où je pourrai prendre 12 personnes maximum pour chacune de celles-ci.
J'ai donc prévu démarrer le 1er test à 19h puis 19h30 - 20h - 20h30 - et un dernier à 21h.
Pour chacun de ces tests, j'aurais besoin de 2 personnes pour noté les temps de passages à chaque tour mais aussi le temps de l'athlète quand celui-ci s'arrêtera."

En compagnie de Rachel 😊......

publié le 19 sept. 2018 à 04:03 par Joggers du Couesnon Joggers du Couesnon

........ pour quelques photos entourée de sa famille, des joggers du couesnon, de la marche nordique et de la retraite sportive suivi d'un petit apéro à Bel Air sous un ciel clément.

Album photo marathon du Médoc

publié le 17 sept. 2018 à 04:07 par Joggers du Couesnon Joggers du Couesnon   [ mis à jour : 30 sept. 2018 à 09:15 ]

A voir ou à revoir , la story du marathon du Médoc avec tous les acteurs de cette belle journée


(surlignez le lien , clic droit " accéder à .......... ")


 

Rencontre amicale avec thierry Le Rall

publié le 10 sept. 2018 à 06:15 par Joggers du Couesnon Joggers du Couesnon

Belle surprise au marathon du Medoc en Gironde avec un ancien jogger du couesnon qui habite sur cette jolie région,
apparemment il court toujours. Un grand salut à lui de la part de tout le club 
 

Apéro dimanche 16 septembre 11h

publié le 9 sept. 2018 à 09:23 par Joggers du Couesnon Joggers du Couesnon   [ mis à jour : 9 sept. 2018 à 12:58 ]

          Rendez vous après la sortie running du matin pour un moment convivial autour
 d'un verre pour ce début de saison avec la famille de rachel Gigory , jeune demoiselle
 pour laquelle nous organisons la course du 18 nov. prochain au profit de l'association


" Sur les pas de rachel "    https://www.facebook.com/2256972754529325/photos/2264882260405041/

   
          Le pot est prévu à11H a Bel air si le temps le permet avec un repli stratégique 
en bon ordre sur la salle Acolade ( près du jardin médiéval) en cas de pluie.  

Petites photos (enfin 😉 ) de la sortie du 15 août dernier

publié le 2 sept. 2018 à 02:34 par Joggers du Couesnon Joggers du Couesnon   [ mis à jour : 2 sept. 2018 à 02:36 ]

 
 


Franck vous attend

publié le 23 juin 2018 à 05:50 par Yvan Jourdan

Franck Charrière vient de créer son entreprise
Il est installé dans la ZA Chédeville et propose tous types de remoques

 

Carnet Rose

publié le 20 juin 2018 à 04:29 par Yvan Jourdan   [ mis à jour : 20 juin 2018 à 04:31 ]


Titouan est arrivé le 18 mai dans la famille Guilloré 

Il pèse 2 900 grammes et mesure 47 cm 

Il vient rejoindre Louane 

Félicitations à Marie Laure et Xavier 

Yannick raconte ses 100 bornes

publié le 14 mai 2018 à 14:05 par Yvan Jourdan   [ mis à jour : 14 mai 2018 à 14:06 ]

... 100 Bornards à Steenwerck !

Bon sur toutes les réponses de mon précédent mail, j’ai respecté les conseils du sage Jean-Pierre que me relatait les mots d'un vétéran anonyme mais néanmoins buriné par le bitume: "tu pars doucement et tu ralentis après".
Partir doucement... bon j’ai plutôt fait du 10,6 km/h plutôt que du 10,7 km/h ! ;)
Ralentir après... Déjà au bout de 10 km, j’ai bien vu que les jambes ne répondaient pas aussi bien qu’il y a un mois et ça s’est avéré rapidement être une évidence ! J’ai du maintenir le rythme seulement une trentaine de km puis à mi-parcours j’étais déjà en dessous des 10km/h de moyenne.
 
Ma décision de ralentir s’est faite très vite et s’explique par différents petits loupés dans ma prépa:
    - La coordination avec mes accompagnateurs vélo que j’avais mal briefés ! Pas grave... et puis j’ai passé pas mal de temps sur les premiers ravitos au gymnase avec proches et amis que j’ai eu l’occasion de croiser... Bref après tout ça ce fut encore plus l’esprit “peu importe le chrono”.
    - J’n’avais pas eu l’occasion de faire trop de sortie de nuit... et une fois la nuit tombée, j’avais d’office reperdu certains repères (mon expérience passée n’a pas suffi... Mais c’est quand même chouette de courir de nuit). Normal ! Et puis les conditions climatiques étaient plutôt très bonnes, sauf un p’tit vent glacial de face de temps en temps qui refroidissait tout le monde.
    - Ils nous ont foutu un ravito tous les 5-6 km... Super !!! Mais bon le ventre en patte que je suis n’a pas su se retenir de faire une pause ne serait-ce parfois que de 1-2 mn à chacun d’eux. Ça en fait de la perte de temps !
 
Bref c’était râpé pour le super exploit !!!! Mais ce n’était pas l’objectif. Donc on garde le smile !
 
Une fois le rythme revu à la baisse, c’est là que je suis très fier de moi !!! Je n’ai pour ainsi dire presque pas marché... Les différents passages où j’ai marché, c’était pour monter sur les ponts au dessus de l’autoroute A25 ou au dessus de la voie ferrée (et encore pas à chaque fois) ainsi que lors des sorties de certains ravitos pour finir de manger mes TUC et Bretzel (et pas m’étrangler ;) ) ou surtout pour boire mon thé/café qu’on me servait bouillant (mais pardi que ça faisait du bien).
 
J’étais ensuite assez régulier oscillant entre 9 et 10 km/h malgré tout (plus souvent 9 km/h).  Et là, je peux dire déjà avec du recul que je l’ai très bien fait. Pourquoi ? Tout simplement parce que, au plus je ralentissais, au plus je gagnais des places !!!!
Je le voyais bien aussi avec ceux qui me doublaient pleine balle et que je retrouvaient 5-10 km plus loin en train de marcher !
Un des rares qui m’a réellement doublé (voir même peut-être le seul) c’est un ami, Vivien, qui n’en étais pas moins qu’à sa 19 ième expérience de 100 km (avec l’explosion de son record personnel. Bravo M’sieur !) qui m’a doublé au 82ième, qui m’a super encouragé alors qu’il ne m’avait pas reconnu en me disant que c’était beau ce que j’avais déjà fait à 18 km de l’arrivée... Qui m’a reconnu au dernier ravito au 94ième, pour dire finalement que je n’étais pas resté bien loin de lui (que même moi, là, je ne l’ai pas reconnu... la fatigue certainement) et qui au final, il finit juste une place devant moi avec 3 mn d’avance (sachant qu’au dernier ravito, je me suis pris un dernier p’tit café !).
 
Les anecdotes de course:
    - petite frayeur autour du vingtième km (alors que personne ne m’accompagnait au premier tour) avec une douleur à l‘épaule droite (lié à mon sac?) que j’ai du garder 2-3 km... Là  tu te dis que si cette douleur persiste jusqu’au bout, ça va être compliqué.
    - la vue du panneau 90 km m’a donné des ailes: j’ai du repasser à 11 km/h pensant finir ainsi mais au bout de 2 km je me suis vite ravisé ! Comme quoi vaut mieux rester prudent jusqu’au bout... Cette anecdote a été l’occasion de garder le smile au dernier ravito et d’en rigoler avec bénévoles et concurrents présents!
    - Au final, Vivien finit 14ième ce qui veut dire que je finis 15 ième (sur plus de 550 inscrits, bon ok y a plein de marcheurs !)... bref c’est un bel indicateur qui montre que ma course a été bien gérée. Si j’avais maintenu le rythme de départ, j’aurais finis......... 3ième !!! Au moment fort de ma course, quand je tournais en 10,6 km/h, j’étais 27ième !
    - 99 ième km, place à tous les souvenirs et aux proches disparus... bref les larmes coulent déjà !!!!
    - à 6h08 du matin (ce qui veut dire que j’ai mis exactement 11h08”), toute la famille de Vivien était présente pour me congratuler... De quoi garder le gros smile car j’étais loin d’imaginer pareil fête à mon arrivée aussi matinale. Quel Pied !
    - autant pendant la course alors que les muscles et tendons étaient chauds, il n’y au eu aucune grosse difficulté. Autant maintenant qu’ils sont froids, aïe aïe aïe, ça faisait longtemps que je n’avais pas vu les escaliers comme tel outil de torture. Bon à voir combien de temps va durer la récupération maintenant. Au niveau fatigue finalement, je ne me suis pas écroulé dans le canapé ou le lit. J’ai juste somnolé mais très légèrement.
    - Que c’est bon mentalement de retrouver le gymnase tous les 15 km... ça permet de se fixer des micro objectifs (d’ailleurs le ravito tous les 5-6 km aussi...)
 
Grand Merci à Edgar, mon fils, Cécile et ma chérie qui m’ont accompagné à vélo sur les 2ième et 3ième tour, ce qui permet aussi de casser une certaine monotonie ! Et aussi à tous vos messages d’encouragement qui sont sources de motivation dans les moments les plus délicats de la course (même si au final, ils n’y en a pas vraiment eus).
 
On remettra ça ? quand, là, je ne sais pas... Déjà concentrons nous sur la récupération ! ;)
 
Yannick

Yannick prêt pour les 100 km de Steenwerck

publié le 7 mai 2018 à 13:56 par Yvan Jourdan

Ce sera mercredi 9 mai à 19h00

Hello tout le monde,
 
Ah oui ça fait longtemps que je n’ai pas donné de nouvelles particulièrement autour de mes courses à pied...
Plus d’un an a passé mais je ne changerai pas: rien ne sera structuré dans mon récit, j’écris au fur et à mesure des sentiments qui passent dans ma tête.
Néanmoins, je ne cache pas que cela fait, des jours, des semaines et des mois, que plusieurs de mes phrases ont été pensées !
 
Mon seul regret aujourd’hui, c’est de ne pas avoir su tenir un blog à jour... mais avec les désillusions de l’an passé, je n’avais pas l’esprit à ça et me rattrape donc aujourd’hui.
 
Bon je vous ai fait un résumé d’un an et demi de préparation physique et mentale, d’aventures “rocambolesques”. C’est dans mon pure style, en cherchant à expliquer parfois l’inexplicable.
Pour les pressés, je vous propose d’aller directement au chapitre “100 km à Pied de Steenwerck”
 
L’année 2017 m’a particulièrement échaudé et j’ai préféré remettre à plus tard ce que je ne pouvais pas faire le jour même.
Il y a un an et demi, je vous annonçais mon projet de courir un 100 km (et pas n’importe lequel), j’avais prévu d’animer un blog et tout et tout puis voilà... j’ai pris mon temps pour bien soigner l’entorse du genou que je m’étais faite en décembre 2016 (et j’ai bien fait !) mais je suis arrivé en février/mars fatigué, en surpoids et en manque flagrant de rythme... La préparation que je m’étais programmée ainsi que quelques erreurs de débutant (courses de vitesse que je n’aurais pas du faire) ont eu raison de moi. Mon corps m’a gentiment rappelé qu’il n’était pas prêt... Les voyants n’étaient pas complètement au rouge mais dans ce genre de situation, je sais raison garder sans pour autant en avoir gros sur le cœur !
Malgré tout bien m’en a pris car le jour J, c’était canicule (surtout qu’en 2017 j’aurais été obligé de prendre le départ de 6h du matin ce qui m’aurait fait courir de nombreuses heures en plein soleil !
Ce n’était que partie remise ....
 
Beaucoup me disaient: “Bah loupé pour les 40 ans! Tu feras pour les 50....”
Ah non, je ne vais pas remettre à dans 10 ans ce que je suis capable de faire en ce moment !
 
D’abord se ressourcer en 2017
 
    - Ne perdons pas de temps: je ne me sentais pas capable de courir 100 km sous le cagnard mais une bonne vingtaine si ! Du coup, me voici parti le même week-end que les 100 km sur le trail des Pyramides Noires (les terrils) à Oignies. Objectif plaisir, objectif atteint. Et pourtant qu’il faisait chaud ! Deux courses partaient en même temps (le 35 km et, la mienne, le 22 km). Un peloton est parti pleine balle... Moi, je me suis mis derrière à mon rythme, pensant rester avec ceux du 35 km. Dans les parties ombragées, une p’tite marche pour profiter plus longtemps de la fraicheur... J’arrive tranquillement en haut du dernier terril... Longue séance photo car la vue sur le bassin minier était magnifique. Du monde me double. Je redescends et là ma p’tite famille me retrouve en me disant “t’es plutôt bien classé !”. Sur ce, je réponds: ‘'pas possible j’ai fait le touriste et y a un gros peloton qui est parti à fond devant... certes j’ai du en rattraper mais pas à être dans les 20 premiers...”. après c’est vrai qu’il n’y avait pas grand monde à l’arrivée... le résultat tombe: 23ième... Ah oui, en fait, pas mal des furieux couraient le 35 km !!! En réfléchissant un peu, ce n’est pas impossible qu’à un moment donné, j’eus été dans les 10 premiers.... mais bon, très content de ma course et de ma façon d’avoir dompter la chaleur, mon pire ennemi en course à pied !
    - 26/06/2017: 10 km de Pacé que je cours avec Orange. Ne sachant pas du tout où j’en suis en terme de vitesse, je décide d’amener un collègue sous les 40 mn... C’est réussi pour le collègue et j’en suis hyper ravi (moi, je fais exactement 40’02”! Mais c’est beau vu la forme que j’avais à ce moment là !). Par contre avec la chaleur, j’arrive exténué comme jamais sur cette distance.
    - 16/07/2017: le trail du Tertre Gris.... Qu’est ce que j’en ai bavé !!!! mais bon, je n’étais pas spécialement prêt et pourtant il ne faisait pas si chaud que ça. À l’arrivée, je suis très content car la course est belle. Ce fut l’occasion de voir que pendant 43 km dont plus d’une dizaine en galère, je savais prendre mon mal en patience... et attendre que ça revienne. Cette course pas simple m’a fait beaucoup de bien mentalement et m’a bien remotivé pour le trail des Templiers (pour lequel j’étais déjà inscrit depuis des mois)
    - 10/09/2017: le trail de Brocéliande (49 km) pour voir où j’en suis par rapport au trail des templiers... depuis plusieurs semaine, une p’tite gêne au talon me chatouille au repos mais disparait quand je cours. Une course que je fais tout en gestion pour me rassurer et me jauger.
    - 22/10/2017: le trail des templiers (76 km,  3540 m de dénivelé positif). Finalement LA course de l’année 2017. Objectif plaisir, objectif dépassé... J’ai pris mon temps (6 km/h de moyenne) même si j’ai le sentiment d’avoir couru sur toutes les portions courables. Plus du tout de douleur au talon... En grande forme à l’arrivée... Voilà, je confirme, certains diront que j’ai fait le touriste et c’est vrai mais quel plaisir de prendre le temps de voir le paysage... et d’avoir le sentiment que ce n’était qu’une belle randonnée ! En plus finalement, je suis dans la première partie du classement !
 
Mission 100 bornard
 
Pour forcer le destin, je me décide de prendre mon dossard rapidement... J’ai loupé l’ouverture des inscriptions et n’ai pu être inscrit dans les premiers (et notamment le dossard de mon année de naissance: 77)...
Mais du coup, premier p’tit chalenge: aller récupérer le dossard n° 100.
Coup de bol, alors que j’avais pris une journée de congés, me voilà à aller voir sur le site. Bingo, y en a un qui vient de prendre le dossard 99... vite vite on se dépêche. Voilà c’est fait, je l’ai, le DOSSARD n°100 !!!
Maintenant plus rien ne peut m’arrêter !
Le trail des Templiers m’a fait énormément de bien tant physiquement que mentalement...  J’arrive même à retrouver de la motivation pour faire du fractionné et pour retravailler la vitesse.
 
Allez, on se motive collectivement pour tenter d’aller chercher une qualification au championnat de France master sur 10 Km route (organisé à Liévin en Juin)... Les sensations reviennent et c’est jouable (mais juste)... Puis une gastro m’empêche d’être super performant à Saint-Grégoire, le 21/01/2018. Je me contente de 38’20” (alors qu’il fallait faire moins de 37” c’est-à-dire refaire mon record de 36”40’) mais c’est déjà pas mal vu les conditions. Pas grave, maintenant on se concentre sur le 100 km.
 
Voilà, c’est parti pour la préparation... Les premières sorties longues ne sont pas si difficiles que ça ! Quelle différence avec 2017 !
Il va falloir “manger du bitume” et justement je choisis de tester au maximun dos, genoux et autres articulations à ce cher goudron bien dur... le corps ne se plaint pas. Cette année, je ne fais pas de vélo... c’est un choix.
 
Bon ben reste à voir où j’en suis sur un marathon...
    - 15/04/2018: J’ai trouvé le marathon idéal pour la prépa: Cheverny. On en profite pour faire un p’tit week-end en famille. Une journée de samedi au zoo de Beauval qui me fait piétiner, monter, descendre. Ouh là, ça ne sera peut-être pas si simple le marathon ? Ben non, quel pied ce marathon ! Départ tranquille dans les derniers, puis progressivement je remonte avec le peloton des 4 h sans trop me presser... Je reste derrière eux un bon moment puis à un ravitaillement, je reste dans mon rythme et me retrouve juste devant eux. Y a bien  eu une petite douleur, certainement liée à la journée de la veille mais celle-ci fut éphémère... Il était temps d’accélérer et le changement de rythme s’est fait sans souci... Allez voilà le peloton des 3h45 au loin puis tout près. Bon ben on continue.... C’est l’arrivée en 3h40 avec un sentiment très agréable de facilité. Je suis bel et bien prêt pour le 100 km. Le plus satisfaisant c’est de garder le sourire toute la course à tel point que les bénévoles sur la fin de course étaient impressionnés par la fraicheur que je pouvais afficher. Ca peut paraitre fou pour certains et ça va en énerver plusieurs d’entre vous, mais pour le mental avant un 100 km, que ça fait du bien de se dire qu’un marathon en 3h40”, c’est “facile” ! Même si ce n’était qu’un entrainement, je suis très heureux, car le ticket pour le 100 km est facilement validé ! Mon corps se sent prêt et me le dit !
    - 22/04/2018: Inscrit avec Orange, l’Urban Trail de Rennes a été lui aussi l’occasion de bien se tester malgré les différents escaliers à gravir. Sortie en groupe, pour le coup, obligé de regarder ma montre pour ne pas aller trop vite sur le plat... Restons prudents, je suis un des rares à monter les escalier du Roazhon Park en marchant... Puis en fin de course, je décide de ne plus regarder ma montre... Je finis la course aux sensations ayant distancé sans trop m’en rendre compte mes collègues. je double aisément un bon nombre de coureurs au Thabor puis finis par rattraper François avec qui je termine tranquillement... ça y est la prépa est globalement terminée. Les voyants sont tous bien au vert !!!!
 
Mes seules craintes ne sont maintenant que “choper un virus au dernier moment” ou une “météo ultra ultra capricieuse”
 
Les “100 km à Pied de Steenwerck”
 
Voilà j’y suis ! Et quel enthousiasme !
Certains diront ‘t’es pas un peu zinzin ?”, d’autres “pouah 100 km de bitumes”, les derniers “ c’est bon t’es prêt ça va le faire facile”
 
Ben moi, je suis tout simplement déjà heureux de pouvoir prendre le départ avec le sentiment que j’ai de grandes chances d’aller au bout... facilement, je ne pense pas mais en tout cas avec une bonne dose de certitudes !
Après je me suis entrainé à une allure qui n’est pas négligeable (10,7 km/h exactement !) et qui pourrait me permettre de mettre moins de 10h (9h20” si ça devient ma moyenne au final mais il ne faut pas rêver !)... MAIS ce n’est pas un objectif !
Voilà, ce 100 km je veux avoir le sentiment de l’avoir couru... à un rythme qui est le mien !
 
Mais l’objectif c’est d’arriver au bout avec la sensation d’avoir été à l’écoute de mon corps... ci celui-ci me réclame à un moment donné de mettre 15h, ben je mettrai 15h et ce sera chouette !!!!
S’il faut souffler ben on soufflera... Bref mon objectif secret (ah ben non il n’est pas secret) c’est comme au marathon de Cheverny et au trail des Templiers, c’est d’être capable de faire 100 km sans perdre le sourire à aucun moment et ça je me sens suffisamment fort mentalement pour relever ce défi... (mais  bon, si je dois grimacer tant pis, j’aurai essayé...).
 
En tout cas ça y est, ça se bouscule dans ma tête... les images d’il y a 30 ans: Les 100 bornards qui passent devant la maison de ma grand-mère,  cet anglais (que je pensais car en regardant certaines archives de l’époque, il était néerlandais et y a eu aussi un allemand ensuite... mais lui il mettait plus de 7 h !) qui a gagné plusieurs années de suite et donnait l’impression de voler après 70-80 km de course (en 1982 il a fait  6h46’15” et en y réfléchissant des années après, il était à près de 14,75 km/h), l’odeur et l’ambiance du vieux gymnase (que j’avais retrouvés il y a 2 ans quand j’étais allé faire juste une boucle en repérage), ces coureurs qui n’avaient pas la force d’attraper les verres d’eau que je leur tendais ou qui en renversaient une dizaine sur la table pour en prendre un à la volée, l’autocollant “100 km à pied de Steenwerck” avec la chaussure fleurie sur la remorque de mon papa .... et cette phrase que j’ai dit un jour “quand je serai grand je ferai les 100 km !!!”
 
Voilà pourquoi mercredi je serai au départ des 100 km à pied de Steenwerck.... Voilà, pourquoi je ne serai pas stressé mais ému et heureux au départ... Voilà pourquoi, je serai plus que fier de porter le dossard n° 100... Voilà pourquoi j’aurai le sourire (et peut-être une p’tit larme de nostalgie)
 
et pour répondre à la question “à quoi tu penses pendant plus de 10 h ?” (et pourquoi pas peut-être moins...) ...et ben je pense à rien et à tout ça ... Même si Cécile et ma chérie m’accompagneront sur 2 des boucles à vélo, des fois, je me connais, je rentrerai dans ma bulle à l’écoute de chacun de mes muscles, tendons, battements de cœur, soufflement... prêt à respecter chacun des signes pour anticiper au mieux les moments de faiblesse... Ne comptez pas sur moi pour forcer. Oui parfois ça fera un peu mal mais non je ne me mettrai pas en danger... et peut-être que j’entendrai papa, tonton Raymond, tonton Marcel, Mamie “Steenwerck”, Nadir, Fathia, Erwan, Karine (et aussi tous les autres que cette saloperie de maladie a emportés trop tôt) m’encourager, me porter et m’aider à entendre les signes de mon corps pendant ces quelques heures...
 
Quoiqu’il arrive :
    - Non je ne serai pas parti trop vite (je me suis préparé pour courir à une allure et si ça ne tient pas, ben ce sera comme ça !)
    - Oui j’ai pris l’habitude et me suis entrainé à manger TUC, pâtes de fruits, gâteaux sec, de boire un mélange d’eau plate et de Saint-Yorre et de prendre un p’tit sportenine (les spécialistes reconnaitront)... et de m’arrêter seulement 1 à 2 mn aux ravitaillements pour compléter avec des raisins secs, du pain d’épice, du saucisson (à la fin si j’ai vraiment besoin de ressources), un peu de coca et du thé (citron de préférence)... bref non je ne me serai pas trompé dans mon alimentation ! (Et non, je ne prends pas de gels... j’n’en ai pas besoin et ça n’ira pas mieux avec !!!)
    - Oui ça peut paraitre monotone mais finalement ça passe assez vite aussi... En plus, je vais retrouver “mon” vieux gymnase tous les 15 km !!!
    - Vive le Nok (les spécialistes reconnaitront) car sans cette crème je n’aurais jamais pu tenir ce genre de distance... Vous avez vu mes cuisses ? Imaginez le résultat du frottement entre elles ne serait-ce que pendant 2-3 h...
 
Je suis prêt à réaliser mon objectif (si si celui de garder le sourire pendant  mes 9h30, 10h, 11h, 12h, 13h de sortie nocturne... peu importe). II n’y a pas de raison... mais sur ce genre d’effort, on n’est à l’abris de rien.
Ma préparation, semblant de rien, je me la suis faite sans prise de tête... pas de régime particulier... juste en respectant  des objectifs de distance et de vitesse à faire par semaine.
 
et en fait, j’ai déjà atteint le principal objectif: participer au 100 km en ayant la certitude d’être capable d’aller au bout. Maintenant place aux bonus et à la cerise sur le gâteau !
 
Bon maintenant, pour les noctambules quoi seraient prêts à me suivre de temps en temps en direct... Le départ c’est mercredi à 19h à Steenwerck ! Ma sœur jouera de la vielle à roue sur le  bas côté... une p’tite boucle d’environ 6 km au niveau du bourg puis 3 boucles en forme de 8 d’environ 31 km dans la campagne flamande alentours. Je vous ai mis en pièce jointe le circuit avec les différents points de contrôle (dont 5 passages + l’arrivée au fameux vieux gymnase !!!)
et sur internet: https://100kmsteenwerck.fr/pages/direct (reste juste à saisir mon nom)
 
Allez on se retrouve après !
 
Yannick

1-10 of 234